Anne-France LAFONT

Sophrologue - Psychopraticienne

Consultations en cabinet

 

Consultations par visio

 

Consultations à domicile

 

Interventions en entreprises et structures médicales

06.09.02.97.51

 

annefrance.lafont@gmail.com

 

2 rue Coffinières 78260 ACHERES

 

 

Blog

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour le cancer

23/06/2021

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour le cancer

Vivre avec un cancer n’est pas facile au quotidien car c’est une maladie qui menace le pronostic vital et induit des réactions émotionnelles, cognitives et comportementales. La vie du patient est chamboulée.
Le stress et l’anxiété sont fréquents, auxquels peuvent s’ajouter la fatigue, la douleur et les effets indésirables des médicaments voire la peur de la mort. 
Il n’est alors pas toujours facile de faire face seule à toutes ces nouvelles situations et à ses ressentis. Il ne faut pas hésiter à se faire accompagner psychologiquement pour faciliter cette épreuve. 

Complémentaires aux traitements de l’équipe soignante, la sophrologie psycho-comportementale et la psychologie apportent des réponses aux besoins psychologiques, physiques et existentiels de la personne :  


Au niveau physique, la sophrologie et la psychothérapie (particulièrement les TCCE) permettent : 
-    Se réapproprier son corps en retrouvant des sensations agréables de détente 
-    Gérer les douleurs
-    Recouvrer un mieux-être
-    Améliorer la qualité du sommeil


Au niveau psychologique, l’accompagnement permet : 
-    Accepter et s’approprier l’annonce de la maladie
-    Gérer son stress, son anxiété voire la dépression
-    Prendre de la distance face à la maladie
-    Se libérer de ses émotions
-    Renforcer son optimisme en se focalisant sur la pensée positive
-    Se préparer mentalement à un acte chirurgical puis mieux récupérer

-    Être actif dans son traitement, avoir un sentiment de contrôle sur sa vie en développant des stratégies de résolution de problèmes


Au niveau existentiel, la thérapie offre la possibilité de : 
-    Réinstaurer de l’harmonie entre le corps et l’esprit
-    Se questionner sur soi et méditer
-    Maintenir une relation de confiance avec soi et son entourage
-    Renforcer la volonté de vivre et d’exister


Comment la sophrologie et la psychothérapie aident une personne atteinte du cancer et son entourage ? 


La sophrologie psycho-comportementale et les TCCE (Thérapies Cognito-Comportementales et Emotionnelles) utilisées en psychothérapie font appellent à des techniques permettant d’aider la personne malade et son entourage tout au long de sa maladie, de l’annonce du diagnostic, en passant par la mise en place de traitements et la réalisation d’actes chirurgicaux : 


I. Accepter la maladie


Tout d’abord : l'annonce du diagnostic. Cela peut être vécu comme un traumatisme car la personne est soudainement mise face à l’incertitude de son destin, elle a peur, elle stress et peut se sentir fragilisée. 


Durant cette période, la personne a besoin d’être entourée chaleureusement, de se sentir comprise par l’équipe médicale (dont le sophrologue ou le psychothérapeute) et ressentir de la compassion de la part de ses proches. 


Savoir à quel point l’annonce d’un cancer peut être vécu comme un choc permet déjà de mieux l’appréhender psychologiquement. 


II. Gérer les difficultés de la maladie


Après l’annonce de la maladie, surviennent d’autres difficultés : 


-    Le stress, l’anxiété et la fatigue augmentent. La sophrologie peut aider le patient à se détendre physiquement et mentalement via des séances de relaxation. Le patient se retrouve dans un état de conscience entre la veille et le sommeil, parfait pour relâcher les tensions. La sophrologie permet aussi d’apprendre à respirer amplement pour réguler les angoisses. 

 

-    Un surplus d’émotions se fait ressentir. La psychothérapie, et plus particulièrement les TCCE (Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles) vont avoir pour objectifs d’analyser ces émotions, mettre des mots dessus, pour mieux les accepter et les extérioriser. Cela peut-être des émotions liées à l’incertitude par rapport à l’avenir, aux traitements difficiles, aux relations avec l’entourage… Les émotions compliquées à gérer peuvent entrainer des comportements nuisibles pour la personne malade : s’isoler, déprimer, renoncer à des activités plaisantes. 


Les TCCE ne vont pas agir sur les émotions mêmes mais sur les pensées et comportements qu’elles suscitent. 


Par exemple : l’annonce de la maladie entraine peurs, angoisse et stress. Ce sont des émotions. Ces émotions vont entrainer des pensées qui peuvent soit être négatives comme « je vais mourir », « les traitements vont me rendre encore plus malade » soit positives « je suis bien entourée par mes proches », « la médecine a fait des progrès et il est possible de guérir » … C’est la même chose pour les comportements. 


L’objectif des TCCE est donc d’agir sur les pensées et comportements pour qu’ils soient positifs et bénéfiques pour la personne.


La sophrologie aussi peut agir sur les émotions et la pensée positive. Pour cela, le patient va élaborer avec le sophrologue des scénarios stimulants l’espoir et emprunts de positif. La personne est actrice de son récit. Puis lors de la séance, le sophrologue va faire visualiser ces scénarios au patient. Le cerveau de ce dernier reçoit alors ces messages positifs de vie. Ce travail mental active physiologiquement le processus de guérison en ayant une influence positive sur le système immunitaire, les capacités réparatrices de l’organisme, la gestion de la douleur. 


La pensée positive régit la façon dont le patient perçoit sa guérison et agit telle une programmation psychologique : "Comment envisager la guérison si l'on ne peut s'imaginer guéri…"


III. Réduire les symptômes de la chimiothérapie


Suite à l’annonce et aux émotions suscitées par la maladie, beaucoup de patients commencent des traitements et notamment de la chimiothérapie qui entraine certains symptômes comme la fatigue, des nausées, des douleurs, des changements physiques. 
Là aussi, la sophrologie peut aider le patient à réduire ces effets indésirables pour diminuer le recours aux traitements antalgiques, analgésiques et mieux supporter la chimiothérapie : 


-    Réduire les tensions physiques et l’anxiété : pour cela, la sophrologie détend physiquement le patient grâce à la relaxation et fait visualiser des scènes relaxantes et apaisantes mentalement. Différentes études ont démontré que cela permettait de réduire significativement les nausées et les vomissements pré et post chimiothérapie ainsi que les réactions d'anxiété. 


-    Harmoniser le corps et l’esprit : Souvent les personnes malades ressentent un manque de prise en compte de leur état psychologique. Or la maladie touche à la fois le corps et l’esprit.


Nous n’avons pas toujours conscience de cette relation. Pourtant lorsque nous disons « j’ai l’estomac noué », « j’en ai plein le dos », « j’ai le cœur gros », nous formulons cette relation corps-esprit. Partant du postulat que le corps et le mental travaillent ensemble, ils s’influencent l’un et l’autre. Ainsi, si le corps souffre alors le mental le subit également. De même, si le mental ne va pas bien le corps va exprimer ses maux à la place du mental. Il fera ressortir les maux là où les mots n’ont pas pu être exprimés.  
La sophrologie s’appuie sur ces constats et ses techniques ont pour objectif, entre autres, d’unifier et harmoniser le corps et l’esprit. En effet, la personne malade sera plus forte grâce à cette harmonie. 


-    Se réapproprier son corps : le corps subit des modifications durant les traitements. Le patient a besoin de se réapproprier son nouveau corps et ne pas lui en vouloir d’être malade. Via des visualisations, entre autres, le sophrologue peut aider à porter un regard bienveillant sur le corps. La personne peut porter son attention sur ses organes en bonne santé. Elle réalise que son corps n’est pas seulement source de maladie, voire de souffrance. 

 

-    Atténuer les douleurs : il faut savoir que la douleur a un langage comme nous l’avons évoqué précédemment. Ce langage peut être verbal lorsque la personne utilise des mots pour qualifier sa douleur mais également non-verbal par le comportement et les attitudes adoptés par le sujet. La sophrologie aide à les atténuer en modifiant la perception que la personne a de sa douleur et en lui proposant de substituer sa douleur par une sensation plus agréable. Cela permet de se sentir acteur de ses maux et d’en diminuer l’intensité. 


IV. Se préparer aux interventions chirurgicales


Le cancer peut aussi amener le patient à subir des interventions chirurgicales. 


La sophrologie peut préparer mentalement le patient à un acte chirurgical. La visualisation positive pratiquée durant une séance de préparation mentale, encourage la détente et rassure la personne sur le déroulé de son opération. Cela permet de faire « vivre » une première fois l’expérience au sujet quand il est dans un état de détente. Ainsi, le cerveau reçoit les informations et angoisse moins le jour J. 
Des exercices de sophrologie peuvent également apporter un soutien moral après l'intervention, dans l'objectif de mieux récupérer. La personne visualise des images de guérison, par exemple.


V. Accompagner l’entourage


La personne malade peut avoir l’impression que personne ne peut la comprendre autour d’elle et l’entourage peut se sentir démunie de ne pas pouvoir agir sur la maladie. 


L’entourage peut être négligé dans l’accompagnement proposé autour du cancer. Or c’est un élément important de la guérison de la personne malade et le cancer est aussi une épreuve pour les proches. Car l’entourage essaye de réconforter le patient, de l’écouter. Mais il est important aussi de réconforter et écouter l’entourage.


Il est important pour la personne malade de ne pas s’isoler, de comprendre l’importance de communiquer avec ses proches. Et pour l’entourage, il est bien d’apprendre à recevoir les mots du patient, d’accepter qu’il ne puisse rien faire à la place de la personne touchée mais qu’il peut être à ses côtés ce qui apporte déjà beaucoup de bienfaits !


Les TCCE et la sophrologie peuvent aussi bien accompagner le patient et son entourage afin de rendre la personne malade plus forte, recréer du lien avec ses proches, gérer les émotions et être écoutées. 


Les personnes qui entourent le malade ont besoin d’un moment bien à elles durant lequel le sophrologue va les écouter activement et leur proposer un accompagnement spécifique.

 

 


La sophrologie ce n’est pas juste de la relaxation, c’est avant tout une méthode globale et cohérente qui renforce la volonté de vivre et d’exister.


Une séance de sophrologie pour la personne malade c’est aussi un havre de paix dans le parcours tumultueux des traitements, des rendez-vous médicaux, des moments de peur et de doutes. Une pause bienveillante tournée vers le positif. 


Les TCCE complètent le travail fait en sophrologie en prenant en compte davantage l’aspect psychologique de la maladie.


La maladie laisse toujours une marque mais elle peut aussi devenir une force. Car il est important aussi de penser qu’il y a une vie après le cancer, une vie où la personne aura pris conscience de la chance qu’elle a d’avoir une seconde chance et en profitera pleinement. 

 

 

Ce que je peux vous apporter 


Suite au suivi d’un cursus spécialisé dans le traitement du cancer, je suis certifiée sophrologue & psychopraticienne spécialisée en oncologie. 


Ainsi, je peux vous proposer des séances avec les connaissances et compétences particulières nécessaires à l’accompagnement d’une personne atteinte du cancer et à son entourage afin que vous vous sentiez écouté. 


Je crois en l’importance d’un accompagnement psychologique dans l’épreuve de la maladie.


Afin qu’on puisse échanger pour mieux vous aider sur ces thématiques, n’hésitez pas à me contacter en cliquant ici. 

Déroulement d’un accompagnement en sophrologie et psychothérapie Les différents métiers liés à la psychologie