Anne-France LAFONT

Sophrologue - Psychopraticienne

Consultations en cabinet

 

Consultations par visio

 

Consultations à domicile

 

Interventions en entreprises et structures médicales

06.09.02.97.51

 

annefrance.lafont@gmail.com

 

2 rue Coffinières 78260 ACHERES

 

 

Blog

Blog Bien-êtreZen & Happy

1 2

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour le cancer

22/06/2021

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour le cancer

Complémentaires aux traitements de l’équipe soignante, la sophrologie psycho-comportementale et la psychologie apportent des réponses aux besoins psychologiques, physiques et existentiels de la personne :  


Au niveau physique, la sophrologie et la psychothérapie (particulièrement les TCCE) permettent : 
-    Se réapproprier son corps en retrouvant des sensations agréables de détente 
-    Gérer les douleurs
-    Recouvrer un mieux-être
-    Améliorer la qualité du sommeil


Au niveau psychologique, l’accompagnement permet : 
-    Accepter et s’approprier l’annonce de la maladie
-    Gérer son stress, son anxiété voire la dépression
-    Prendre de la distance face à la maladie
-    Se libérer de ses émotions
-    Renforcer son optimisme en se focalisant sur la pensée positive
-    Se préparer mentalement à un acte chirurgical puis mieux récupérer

-    Être actif dans son traitement, avoir un sentiment de contrôle sur sa vie en développant des stratégies de résolution de problèmes


Au niveau existentiel, la thérapie offre la possibilité de : 
-    Réinstaurer de l’harmonie entre le corps et l’esprit
-    Se questionner sur soi et méditer
-    Maintenir une relation de confiance avec soi et son entourage
-    Renforcer la volonté de vivre et d’exister


Comment la sophrologie et la psychothérapie aident une personne atteinte du cancer et son entourage ? 


La sophrologie psycho-comportementale et les TCCE (Thérapies Cognito-Comportementales et Emotionnelles) utilisées en psychothérapie font appellent à des techniques permettant d’aider la personne malade et son entourage tout au long de sa maladie, de l’annonce du diagnostic, en passant par la mise en place de traitements et la réalisation d’actes chirurgicaux : 


I. Accepter la maladie


Tout d’abord : l'annonce du diagnostic. Cela peut être vécu comme un traumatisme car la personne est soudainement mise face à l’incertitude de son destin, elle a peur, elle stress et peut se sentir fragilisée. 


Durant cette période, la personne a besoin d’être entourée chaleureusement, de se sentir comprise par l’équipe médicale (dont le sophrologue ou le psychothérapeute) et ressentir de la compassion de la part de ses proches. 


Savoir à quel point l’annonce d’un cancer peut être vécu comme un choc permet déjà de mieux l’appréhender psychologiquement. 


II. Gérer les difficultés de la maladie


Après l’annonce de la maladie, surviennent d’autres difficultés : 


-    Le stress, l’anxiété et la fatigue augmentent. La sophrologie peut aider le patient à se détendre physiquement et mentalement via des séances de relaxation. Le patient se retrouve dans un état de conscience entre la veille et le sommeil, parfait pour relâcher les tensions. La sophrologie permet aussi d’apprendre à respirer amplement pour réguler les angoisses. 

 

-    Un surplus d’émotions se fait ressentir. La psychothérapie, et plus particulièrement les TCCE (Thérapies Comportementales, Cognitives et Emotionnelles) vont avoir pour objectifs d’analyser ces émotions, mettre des mots dessus, pour mieux les accepter et les extérioriser. Cela peut-être des émotions liées à l’incertitude par rapport à l’avenir, aux traitements difficiles, aux relations avec l’entourage… Les émotions compliquées à gérer peuvent entrainer des comportements nuisibles pour la personne malade : s’isoler, déprimer, renoncer à des activités plaisantes. 


Les TCCE ne vont pas agir sur les émotions mêmes mais sur les pensées et comportements qu’elles suscitent. 


Par exemple : l’annonce de la maladie entraine peurs, angoisse et stress. Ce sont des émotions. Ces émotions vont entrainer des pensées qui peuvent soit être négatives comme « je vais mourir », « les traitements vont me rendre encore plus malade » soit positives « je suis bien entourée par mes proches », « la médecine a fait des progrès et il est possible de guérir » … C’est la même chose pour les comportements. 


L’objectif des TCCE est donc d’agir sur les pensées et comportements pour qu’ils soient positifs et bénéfiques pour la personne.


La sophrologie aussi peut agir sur les émotions et la pensée positive. Pour cela, le patient va élaborer avec le sophrologue des scénarios stimulants l’espoir et emprunts de positif. La personne est actrice de son récit. Puis lors de la séance, le sophrologue va faire visualiser ces scénarios au patient. Le cerveau de ce dernier reçoit alors ces messages positifs de vie. Ce travail mental active physiologiquement le processus de guérison en ayant une influence positive sur le système immunitaire, les capacités réparatrices de l’organisme, la gestion de la douleur. 


La pensée positive régit la façon dont le patient perçoit sa guérison et agit telle une programmation psychologique : "Comment envisager la guérison si l'on ne peut s'imaginer guéri…"


III. Réduire les symptômes de la chimiothérapie


Suite à l’annonce et aux émotions suscitées par la maladie, beaucoup de patients commencent des traitements et notamment de la chimiothérapie qui entraine certains symptômes comme la fatigue, des nausées, des douleurs, des changements physiques. 
Là aussi, la sophrologie peut aider le patient à réduire ces effets indésirables pour diminuer le recours aux traitements antalgiques, analgésiques et mieux supporter la chimiothérapie : 


-    Réduire les tensions physiques et l’anxiété : pour cela, la sophrologie détend physiquement le patient grâce à la relaxation et fait visualiser des scènes relaxantes et apaisantes mentalement. Différentes études ont démontré que cela permettait de réduire significativement les nausées et les vomissements pré et post chimiothérapie ainsi que les réactions d'anxiété. 


-    Harmoniser le corps et l’esprit : Souvent les personnes malades ressentent un manque de prise en compte de leur état psychologique. Or la maladie touche à la fois le corps et l’esprit.


Nous n’avons pas toujours conscience de cette relation. Pourtant lorsque nous disons « j’ai l’estomac noué », « j’en ai plein le dos », « j’ai le cœur gros », nous formulons cette relation corps-esprit. Partant du postulat que le corps et le mental travaillent ensemble, ils s’influencent l’un et l’autre. Ainsi, si le corps souffre alors le mental le subit également. De même, si le mental ne va pas bien le corps va exprimer ses maux à la place du mental. Il fera ressortir les maux là où les mots n’ont pas pu être exprimés.  
La sophrologie s’appuie sur ces constats et ses techniques ont pour objectif, entre autres, d’unifier et harmoniser le corps et l’esprit. En effet, la personne malade sera plus forte grâce à cette harmonie. 


-    Se réapproprier son corps : le corps subit des modifications durant les traitements. Le patient a besoin de se réapproprier son nouveau corps et ne pas lui en vouloir d’être malade. Via des visualisations, entre autres, le sophrologue peut aider à porter un regard bienveillant sur le corps. La personne peut porter son attention sur ses organes en bonne santé. Elle réalise que son corps n’est pas seulement source de maladie, voire de souffrance. 

 

-    Atténuer les douleurs : il faut savoir que la douleur a un langage comme nous l’avons évoqué précédemment. Ce langage peut être verbal lorsque la personne utilise des mots pour qualifier sa douleur mais également non-verbal par le comportement et les attitudes adoptés par le sujet. La sophrologie aide à les atténuer en modifiant la perception que la personne a de sa douleur et en lui proposant de substituer sa douleur par une sensation plus agréable. Cela permet de se sentir acteur de ses maux et d’en diminuer l’intensité. 


IV. Se préparer aux interventions chirurgicales


Le cancer peut aussi amener le patient à subir des interventions chirurgicales. 


La sophrologie peut préparer mentalement le patient à un acte chirurgical. La visualisation positive pratiquée durant une séance de préparation mentale, encourage la détente et rassure la personne sur le déroulé de son opération. Cela permet de faire « vivre » une première fois l’expérience au sujet quand il est dans un état de détente. Ainsi, le cerveau reçoit les informations et angoisse moins le jour J. 
Des exercices de sophrologie peuvent également apporter un soutien moral après l'intervention, dans l'objectif de mieux récupérer. La personne visualise des images de guérison, par exemple.


V. Accompagner l’entourage


La personne malade peut avoir l’impression que personne ne peut la comprendre autour d’elle et l’entourage peut se sentir démunie de ne pas pouvoir agir sur la maladie. 


L’entourage peut être négligé dans l’accompagnement proposé autour du cancer. Or c’est un élément important de la guérison de la personne malade et le cancer est aussi une épreuve pour les proches. Car l’entourage essaye de réconforter le patient, de l’écouter. Mais il est important aussi de réconforter et écouter l’entourage.


Il est important pour la personne malade de ne pas s’isoler, de comprendre l’importance de communiquer avec ses proches. Et pour l’entourage, il est bien d’apprendre à recevoir les mots du patient, d’accepter qu’il ne puisse rien faire à la place de la personne touchée mais qu’il peut être à ses côtés ce qui apporte déjà beaucoup de bienfaits !


Les TCCE et la sophrologie peuvent aussi bien accompagner le patient et son entourage afin de rendre la personne malade plus forte, recréer du lien avec ses proches, gérer les émotions et être écoutées. 


Les personnes qui entourent le malade ont besoin d’un moment bien à elles durant lequel le sophrologue va les écouter activement et leur proposer un accompagnement spécifique.

 

 


La sophrologie ce n’est pas juste de la relaxation, c’est avant tout une méthode globale et cohérente qui renforce la volonté de vivre et d’exister.


Une séance de sophrologie pour la personne malade c’est aussi un havre de paix dans le parcours tumultueux des traitements, des rendez-vous médicaux, des moments de peur et de doutes. Une pause bienveillante tournée vers le positif. 


Les TCCE complètent le travail fait en sophrologie en prenant en compte davantage l’aspect psychologique de la maladie.


La maladie laisse toujours une marque mais elle peut aussi devenir une force. Car il est important aussi de penser qu’il y a une vie après le cancer, une vie où la personne aura pris conscience de la chance qu’elle a d’avoir une seconde chance et en profitera pleinement. 

 

 

Ce que je peux vous apporter 


Suite au suivi d’un cursus spécialisé dans le traitement du cancer, je suis certifiée sophrologue & psychopraticienne spécialisée en oncologie. 


Ainsi, je peux vous proposer des séances avec les connaissances et compétences particulières nécessaires à l’accompagnement d’une personne atteinte du cancer et à son entourage afin que vous vous sentiez écouté. 


Je crois en l’importance d’un accompagnement psychologique dans l’épreuve de la maladie.


Afin qu’on puisse échanger pour mieux vous aider sur ces thématiques, n’hésitez pas à me contacter en cliquant ici. 

Les différents métiers liés à la psychologie

29/04/2021

Les différents métiers liés à la psychologie

Cet article n’engage que mon avis, je tâche au mieux de vous éclairer selon mon point de vue. 

 

Quelles sont les différences entre chaque métier ?

 

Le psychologue


Les études pour devenir psychologue se déroulent à l’université et durent 5 ans. Durant son cursus, le psychologue a étudié des enseignements théoriques et relevant de la neurologie. A l’issu de son parcours, le psychologue est diplômé par l’Etat. 
Les psychologues choisissent leurs spécialités pendant leurs études. 
La différence principale avec les autres métiers est l’approche du psychologue : il accompagne ses patients selon une approche très théorique de par les enseignements reçus. Bien-sûr ces théories ont été validées et reconnues dans le temps. 

 

Comment se déroule une séance ?
La consultation avec un psychologue est basée sur la liberté de paroles, vous parlerez beaucoup pendant les séances. 
L’accompagnement chez un psychologue dure généralement plusieurs mois voire plusieurs années. 

 

 

Le psychothérapeute / Le psychopraticien


Le psychothérapeute / psychopraticien réalise des études qui durent en moyenne 3 ans.

Le titre de psychothérapeute est règlementé par l’Etat et ne peut être porté que par un praticien déjà psychologue et psychiatre.

Le psychopraticien a réalisé des études de psychologie également mais sans être aussi psychologue ou psychiatre.  
Selon les approches du psychothérapeute / psychopraticien, les théories auxquelles il adhère, cela orientera son accompagnement.

 

Comment se déroule une séance ?
Comme pour le psychologue, les séances se déroulent en face à face, le psychothérapeute et le patient échangent pour permettre de déterminer les éléments qui le font souffrir ou l’empêchent d’avancer dans sa vie. L’objectif sera de les analyser pour y apporter des solutions. 
Il est possible qu’un travail soit demandé au patient entre les séances. 
L’accompagnement chez un psychothérapeute dure généralement plusieurs semaines ou plusieurs mois. 

 

 

Le psychiatre


Le psychiatre est un médecin spécialisé dans la psychiatrie. De ce fait, de toutes les professions citées dans cet article, c’est le seul qui peut vous délivrer des médicaments (anxiolytiques, antidépresseurs, psychotropes…) en fonction du trouble psychiatrique ou du symptôme diagnostiqué. Comme ce professionnel est un médecin, bien-sûr son titre est reconnu par l’Etat. 

 

Comment se déroule une séance ?
Le psychiatre traite ses patients avec des médicaments. La prise de médicament ne soigne pas mais peut s’avérer nécessaire dans le traitement de certaines pathologies. Selon moi, l’important est de ne pas devenir dépendant des médicaments. Donc il est généralement bien de coupler le suivi chez un psychiatre avec un accompagnement chez un des autres métiers cités dans l’article.

 

 

Le psychanalyste 
Le psychanalyste est un métier créé par Sigmund Freud (donc relevant des théories Freudiennes). 
Pour être psychanalyste, il faut être également psychologue ou psychiatre. 

 

Comment se déroule une séance ?
Le patient, appelé psychanalysant, est allongée sur le divan. Le psychanalyste analyse ses paroles et les rapportent aux théories de Sigmund Freud. 

 

 

Le sophrologue


La sophrologie permet à l’aide d’exercices corporels (respirations, relaxation,) et mentaux (visualisation, préparation mentale…) d’atteindre un objectif concret menant au mieux-être. L’objectif est déterminé avec le sophrologue et l’accompagnement proposé vise à l’atteindre. 
Le sophrologue peut également être psychothérapeute ou psychologue ou encore du corps médial. 


Il existe différents courants de sophrologie dont les deux principaux sont : 
-    La sophrologie Caycédienne : il s’agit de la sophrologie traditionnelle, basée principalement sur un travail impliquant le corps de la personne accompagnée. 
-    La sophrologie psycho-comportementale : ce courant se focalise autant sur le corps que sur l’aspect psychologique de la personne. De plus, il permet de proposer, si besoin, des exercices inspirés d’autres techniques ou activités maîtrisées par le sophrologue.


La différence avec un accompagnement chez un hypnothérapeute est que la personne reste consciente lors des séances de sophrologie. 

La formation d’un sophrologue dure normalement environ 2 ans, pour qu’il soit reconnu par l’Etat il doit être certifié RNCP. 

 

Comment se déroule une séance ?
En comparaison avec un suivi chez un psychologue, un accompagnement en sophrologie est généralement plus court dans le temps car des outils sont proposés à chaque séance.
L’accompagnement chez un sophrologue dure généralement quelques semaines ou quelques mois. 

 


Quels professionnels choisir ? 

 

Il y a, selon moi, 4 éléments essentiels à prendre en compte lors du choix de votre professionnel : 

 

•    La spécialisation du professionnel et la raison pour laquelle vous consultez : 


Les psychologues, les psychothérapeutes et les sophrologues peuvent avoir des spécialisations. Ils accompagnent des personnes en individuel ou en groupe. 

 

Ainsi, Il existe des psychologues cliniciens, du travail, scolaires, chercheurs… De plus, certains psychologues sont spécialisés dans la gestion des traumatismes (avec des techniques telles que l’EMDR par exemple). 


Les psychothérapeutes peuvent proposer différentes thérapies selon les outils et besoins du client : TCCE (Thérapies Comportementales Cognitives et Emotionnelles), Gestalt, analyse transactionnelle…

 

Ainsi, voici des exemples de thématiques pour lesquelles vous pourriez consulter et vers quels professionnels se tourner : 

 

-    Thérapie familiale ou de couple : un psychologue ou un thérapeute spécialisé dans cet accompagnement. 
-    Un problème relevant d’un lourd traumatisme ou d’un stress post-traumatique : un psychologue.
-    Gestion du stress : sophrologue.
-    Gestion d’un burn-out ou d’une dépression : psychothérapeute ou psychologue.
-    Travailler sur la confiance en soi : psychothérapeute ou sophrologue.
-    Accompagnement au changement : psychothérapeute ou psychologue.
-    Gestion de la douleur : sophrologue.
-    Gestion des phobies : psychothérapeute ou sophrologue.
-    Préparation mentale : psychothérapeute ou sophrologue.
-    Préparation à la grossesse et à la maternité : sophrologue.
-    Gestion de la maladie : psychothérapeute ou sophrologue ou psychologue spécialisé dans la maladie recherchée. 
-    Problèmes de sommeil : psychothérapeute ou sophrologue ou psychologue. Et si besoin de médicaments un psychiatre. 
-    Troubles de la personnalités (bipolarité, schizophrénie, …) : psychiatre

 

•    La méthode qui vous convient le mieux :


Comme expliqué précédemment, le déroulé d’une séance diffère d’un professionnel à l’autre. 
Avec un psychologue, l’accompagnement sera plus passif basé sur la parole du patient. 
Avec un psychothérapeute ou un sophrologue, l’accompagnement sera plus actif car le psychothérapeute et le sophrologue donneront des exercices à faire au client pendant et entre les séances.   

 

•    Le temps de prise en charge :


Le suivi chez un psychologue est généralement plus long car ce professionnel traite de soucis plus « lourds ».
L’accompagnement chez un psychothérapeute est plus court en comparaison et chez un sophrologue c’est encore plus court. 

 

•    La reconnaissance et le sérieux du professionnel :


Comme vous l’avez lu, pour chaque profession le diplôme ou certificat peut être reconnu par l’Etat cela permet d’être sûr que le professionnel a suivi une formation sérieuse (et dans certains cas de vous faire rembourser par votre mutuelle). 
Bien-sûr il est important que vous soyez en phase avec votre thérapeute, que vous vous sentiez à l’aise avec lui. 


Quel est mon profil ? 


J’ai une double activité : je suis sophrologue RNCP et psychopraticienne. 


Pour la sophrologie, j’ai choisi le courant psycho-comportementale. 
Pour l’accompagnement psychothérapeutique, j’accompagne mes patients avec les techniques de TCCE (Thérapies Comportementales Cognitives et Emotionnelles), d’ACT et l’analyse transactionnelle. 


Mes séances peuvent être suivies par un groupe ou un couple ou un particulier. 

 

Pour plus d’informations sur mes pratiques, vous pouvez cliquer ici.

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour surmonter la Covid-19

27/03/2021

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour surmonter la Covid-19

Pour beaucoup de personnes, ces bouleversements ont engendré : 
•    De la peur liée à la maladie, peur d’attraper le virus ou que ses proches tombent malades. 


•    Du stress dû à plusieurs causes :  les contraintes gouvernementales, la réalisation des gestes barrières, la mobilisation constante de notre capacité d’adaptation aux mesures sanitaires qui changent fréquemment, la méconnaissance de cette maladie, le vécu de cette situation inédite. Le stress peut aussi être lié à sa propre situation financière en cas de perte d’un emploi par exemple. 


•    Une prise de conscience : de nombreuses personnes ont commencé à prendre le temps de réfléchir, de se poser des questions sur leur vie : leur carrière, leurs relations, leur lieu de vie, leurs envies… Et une fois les constats établis, ces mêmes personnes se sentent parfois démunies car ne sachant pas par où commencer pour faire évoluer leur situation, effectuer les changements souhaités. 

 

Si vous vous reconnaissez dans l’un de ces points, sachez que la sophrologie et la thérapie peuvent aider à traverser cette période compliquée sur les points suivants :


•    Diminuer le stress :
Diminuer le stress est un élément important de l’accompagnement d’autant plus que comme nous ne connaissons pas la fin de cette pandémie le niveau de stress peut augmenter avec le temps. 
La sophrologie aide à se relaxer. Pendant la séance de relaxation, vous êtes détendu et plus focalisé sur vos pensées parasites. Vous évacuez vos tensions physiques. Ce qui contribue fortement à diminuer le stress.
Du fait que vous êtes moins stressé, cela vous permet également de mieux dormir. Le sommeil peut être altéré en raison de la situation sanitaire qui est perçu comme stressante et anxiogène. 
Si besoin, en plus de la relaxation, il est possible de réaliser d’autres techniques pour vous permettre de vous endormir plus facilement et sereinement. 

 

•    Gérer les frustrations engendrées par les interdictions
Pour limiter la propagation du virus, le gouvernement met en place un certain nombre d’interdictions. Certaines personnes peuvent mal les vivre, voir avoir l’impression d’être infantilisés en recevant des « ordres » de l’Etat. 
Cette situation peut engendrer des frustrations et de la colère. La thérapie peut permettre d’extérioriser cette colère et ces frustrations. 

 

•    Atténuer les craintes
La Covid et plus largement la maladie, peut engendrer des craintes et des peurs. Ces craintes sont renforcées par le fait qu’on ne connait pas beaucoup de choses sur cette maladie, ses effets et que les choses évoluent fréquemment. Les informations données peuvent être contradictoires et vous donner l’impression d’être perdu. Vous avez aussi peur de tomber malade ou que vos proches soient infectés. La thérapie peut atténuer ces peurs et craintes. De plus, il sera aussi possible d’aborder le sujet de la mort qui est une peur qui remonte avec cette pandémie. La thérapie aidera à rendre les choses plus acceptables et vous soulagera. 

 

•    Profiter de ce temps disponible pour faire le point, atteindre un objectif
Comme évoqué précédemment, cette période est aussi propice aux remises aux questions, les personnes souhaitent faire le point sur leur vie car elles ont plus de temps disponible pour cela. Elles veulent parfois réaliser des changements qui peuvent être d’ordres professionnel ou personnel. 
L’accompagnement thérapeutique peut vous aider à faire le point, de mettre en lumière vos éventuels blocages et des éléments que vous souhaitez changer.
La sophro-thérapie vous permettra de (re)trouver les ressources en vous pour pouvoir accomplir le changement souhaité et mettre à profit le temps qui est rendu disponible par la crise sanitaire. 

 

•    Aider à garder un lien social pour éviter l’isolement
Vous vous sentez possiblement isolé dû aux mesures d’éloignement sociale obligatoires. En thérapie, on peut vous aider à trouver des techniques possibles pour permettre de garder contact avec ses proches.

 

•    Améliorer les relations avec son foyer
Le confinement réuni bien souvent les personnes d’un même foyer. Ces personnes n’avaient pas forcément l’habitude de vivre toutes ensembles, sans réelle possibilité de sortir et additionné aux inquiétudes de chacun cela peut rendre les relations au sein du foyer compliquées. De plus, avec la généralisation du télétravail, il est possible que les parents aient à gérer leur travail et leurs enfants en même temps. 
De ce fait, il est possible parfois que les relations de couples se détériorent et que la gestion de l’enfant soit compliquée. Ayant réalisé les modules gestion du couple et gestion de l’enfant, je peux vous aider si vous rencontrer ces difficultés. 
Par exemple : il est possible de recréer le dialogue entre les deux partenaires, trouver des astuces lors des disputes pour éviter que cela n’aille trop loin, prendre conscience de l’importance des mots employés et de l’écoute de l’autre.
De plus, cela permettra de prendre du recul sur la situation, d’améliorer et renforcer la relation et affronter cette crise sanitaire ensemble.

Pour l’enfant, la sophro-thérapie peut l’aider à se dépenser, à rester concentrer quand il y a besoin, à extérioriser ses ressentis…

 

•    Penser positif
La période n’est pas propice à la pensée positive, beaucoup de personnes ont des pensées négatives qui sont entretenues par le fait qu’on ne sait pas quand nous allons retrouver une vie normale. 
La sophro-thérapie pourra aider à penser positivement. 
De plus, il a été démontré que positiver à une bonne incidence sur le système immunitaire. 
Pour aller plus loin, la thérapie pourra faire évoluer l’image que vous avez de vous-même et vous aider à avancer.
Enfin, vous pourrez vous projeter positivement dans l’avenir suite aux actions réalisées lors de l’accompagnement.  

 

•    Réorganiser son temps
Votre organisation a peut-être été bouleversée par les horaires de couvre-feu et le télétravail. Pour cela, la thérapie pourra aider à redéfinir vos priorités, vous permettre de réaliser vos actions et réorganiser votre temps. 

 

•    Faciliter la rééducation
La Covid peut dans certains cas laisser des séquelles et nécessite au patient de faire de la rééducation pour apprendre à respirer, marcher… La sophro-thérapie peut l’aider dans cette période et faciliter la guérison mais aussi lui faire prendre conscience de son potentiel.

 

•    Aider le personnel soignant
Le personnel soignant, notamment dans les établissements de santé, est épuisé. Il doit faire face encore plus souvent à la mort et à des choix difficiles. 
La sophro-thérapie les aideraient à lâcher-prise et à séparer leur vie chez eux de leur vie au travail afin de pouvoir se ressourcer. 

 

•    Accompagner l’entourage dans le deuil 
Dans le cas où vous avez un de vos proche qui est malheureusement décédé du Covid, la sophro-thérapie peut vous aider à vivre ce deuil. 
En effet, la maladie provoque des questionnements, de la souffrance et des inquiétudes chez les proches de la personne malade. Ils ont alors besoin d’être soutenus. 
La méconnaissance de la mort peut engendrer de la peur sa survenue rapide laisse les proches dans la colère et l’incompréhension. 
Les choses ne seront plus comme avant mais il est possible d’avancer différemment en lâchant petit à petit l’attachement à l’être perdu pour s’attacher à de nouveaux projets. La sophro-thérapie aidera le client à dépasser le deuil pour réinvestir le présent et préparer l’avenir. 

 

 

Ce que je peux vous apporter :


Même s’il n’est pas possible de changer les conditions des confinements ou d’avoir une action réelle sur la possibilité de tomber malade ou non, grâce à mes deux formations en sophrologie et en thérapie je peux vous aider à traverser cette période de crise sanitaire plus sereinement et même à en ressortir du positif, d’accomplir des changements pour vous permettre un avenir plus équilibré et en phase avec vous-même. 
Afin qu’on puisse échanger pour mieux vous aider sur ces thématiques, n’hésitez pas à me contacter en cliquant ici 😊

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour l'endométriose et l'adénomyose

11/03/2021

Apports de la sophrologie & psychothérapie pour l'endométriose et l'adénomyose

En effet, ces deux pratiques peuvent la soulager sur plusieurs points :

 

  • Gérer les douleurs chroniques / neuropathiques :

Les douleurs deviennent un vrai handicap dans la vie quotidienne, altérants les relations sociales et empêchant quelques fois de pouvoir aller travailler. Lors d’un accompagnement en sophrologie, nous pouvons apprendre à gérer ces douleurs, comprendre qu’il est possible de moduler leur intensité, afin d’améliorer le quotidien et moins craindre les prochaines crises.  

 

  • Se préparer aux examens médicaux et interventions chirurgicales :

Ces maladies s'accompagnent de nombreux examens médicaux à réaliser voire des opérations à subir. Cela est bien souvent contraignant et angoissant. La sophrologie peut permettre de se préparer mentalement à ces examens et aux interventions chirurgicales afin que vous puissiez être plus sereine.

 

  • Permettre de mieux vivre avec son corps :

En raison de ces maladies, votre relation avec votre corps peut être devenue conflictuelle, vous pouvez avoir du mal à bien vivre avec et avoir l’impression que la maladie altère votre féminité. La sophrologie et la thérapie permettent de travailler avec son corps pour renouer une relation d’harmonie et mieux vivre avec lui et au fur et à mesure des séances, vous amener à prendre soin de vous.

 

  • Accepter la maladie sur le long terme :

Comme il n’existe pas de traitement pour guérir vraiment de ces maladies, il est difficile d’accepter de vivre avec pendant de nombreuses années. Au fil de l’accompagnement thérapeutique vous pourrez vous approprier peu à peu « l'événement maladie » et rester présente à vous-même, vous amener à visualiser positivement la vie que vous voulez mener malgré la maladie. Je peux aussi accompagner votre compagnon pour qu’il vive mieux les situations auxquelles la maladie peut confronter et comprenne votre ressenti.

 

  • Penser positivement à la grossesse ou à la PMA :

Vous avez peut-être peur de ne pas pouvoir avoir d’enfant, vous le vivez mal personnellement et dans votre relation de couple et vous vous mettez la pression pour arriver à tomber enceinte. Comme des solutions médicales sont possibles, la sophrologie et la thérapie peuvent aider à envisager plus positivement la grossesse ou la PMA afin de vous détendre (vous et votre compagnon) à ce sujet.

 

  • Gérer le stress et le mal-être :

Tous les points cités précédemment génèrent un stress important qui peut s’accompagner d’un mal-être lié à un manque de sommeil ou à une baisse de la confiance ou de l’estime de soi. Mettre en place un accompagnement va engendrer un processus de libération des émotions et tensions. Au fil des séances, cela pourra vous procurer un sentiment d’accomplissement. Vous allez pouvoir vous affirmer, regagner en confiance et en estime de vous-même, diminuer votre mal-être et envisager l'avenir plus sereinement pour mieux vivre avec la maladie.

 

Ce que je peux vous apporter :


De par mon vécu et le fait que certaines de mes proches souffrent d’endométriose et d’adénomyose, j’ai de bonnes connaissances sur ces maladies. Aussi, j’ai approfondi mes compétences en participant à des événements organisés par l’hôpital Saint-Joseph de Paris qui est un établissement de référence en endométriose.


De plus, je suis membre active de l’association EndoFrance, j’y propose des ateliers autour de la sophrologie et endométriose. 


Afin qu’on puisse échanger pour mieux vous aider sur ces thématiques, n’hésitez pas à me contacter en cliquant ici 😊

 

Anne-France LAFONT

Inscrivez-vous pour recevoir mes derniers articles :